Click'n Musik #11



La Seconde Guerre mondiale et la musique !


Nous fêtons cette semaine, samedi 8 mai, la victoire des Alliés sur l’Allemagne nazie ainsi que la fin de la 2nd Guerre mondiale en Europe. Nous avons donc décidé de faire un Click’n Musik Histoire/ musique.


Pour vous résumer la Seconde Guerre mondiale, elle a débuté le 1erseptembre1939, et a fait rage jusqu’au 2 septembre1945. Ce conflit oppose schématiquement les Alliés et l’Axe. Provoquée par le règlement insatisfaisant de la Première Guerre mondiale et par les ambitions expansionnistes et hégémoniques des trois principales nations de l’Axe (le Troisième Reich, l'Italie fasciste et l'Empire du Japon), elle est favorisée par la convergence d’un ensemble de tensions et conflits régionaux, notamment : en Chine où la guerre contre le Japon débute le 7 juillet1937, et en Europe centrale où l'Allemagne annexe autoritairement l'Autriche le 11 mars 1938 puis les territoires des Sudètes pris à la Tchécoslovaquie le 21octobre1938 et où enfin, le 1er septembre1939, elle agresse militairement la Pologne grâce à un accord passé avec l'URSS. Ce dernier événement provoque dès le 3 septembre1939, l'entrée en guerre du Royaume-Uni (à 11 h), de la France (à 17 h), et de leurs empires coloniaux respectifs.

Tout d'abord associée à l'Allemagne dans le partage de l'Europe, l'URSS rejoint le camp allié à la suite de l'invasion allemande le 22juin1941. Quant aux États-Unis, ils abandonnent leur neutralité après l'attaque de Pearl Harbor par les forces japonaises, le 7 décembre1941. Dès lors, le conflit devient vraiment mondial, impliquant toutes les grandes puissances, et la majorité des nations du monde sur la quasi-totalité des continents.

La Seconde Guerre mondiale prend fin sur le plan européen le 8 mai1945 par la capitulation sans condition du Troisième Reich, puis s’achève définitivement sur le plan Asie-Pacifique le 2 septembre1945 par la capitulation également sans condition de l'Empire du Japon, dernière nation de l’Axe à connaître une défaite totale.

La Seconde Guerre mondiale constitue le conflit armé le plus vaste que l’humanité ait connu, mobilisant plus de 100 millions de combattants de 61 nations, déployant les hostilités sur quelque 22 millions de km24, et tuant environ 62 millions de personnes, dont une majorité de civils. La Seconde Guerre mondiale est aussi la plus grande guerre idéologique de l’Histoire, ce qui explique que les forces de collaboration en Europe et en Asie occupées aient pu être solidaires de pays envahisseurs ou ennemis, ou qu’une résistance ait pu exister jusqu’en plein cœur de l’Allemagne nazie en guerre. Guerre totale, elle gomme presque entièrement la séparation entre espaces civils et militaires et donne lieu dans les deux camps à une mobilisation massive des ressources non seulement matérielles — économiques et scientifiques — mais aussi morales et politiques, dans un engagement des sociétés tout entières.





Lors de la seconde guerre mondiale, la musique jouait un rôle essentiel traduisant toutes sortes de pensées, qu’elle soit nazie, juive, française ou autres. Chez les juifs la musique ou encore les poèmes traduisaient la peur des allemands et des alliés de leurs ennemis.

Pendant la Seconde Guerre mondiale et l'Occupation de la France par l'armée nazie, des musiciens classiques se mobilisent pour affirmer leur liberté de création.

La vie quotidienne s’en trouve bouleversée : pénuries, contrôles et couvre-feu ; comment oublier que le pays subit désormais le joug de l’armée nazie ? D’un point de vue musical, en revanche, l’Occupant et le gouvernement Pétain entretiennent l’illusion d’une grande liberté, d’une vie culturelle et musicale qui continuerait comme en temps de paix.

Il n’en est pourtant rien. Œuvres bannies ou censurées, compositeurs interdits d’exercer ou forcés de s’exiler, propagande culturelle ou intellectuelle : l’effet de la dictature est bien présent et provoque de multiples réactions parmi lesquelles, en première ligne, celle des musiciens.

Des concerts clandestins permettent la création d’une centaine d’œuvres pendant l’Occupation - les musiciens du Front organisent des concerts secrets durant lesquels ils font jouer des œuvres interdites ou entendre de nouvelles compositions.

Les musiciens résistants portent par ailleurs une attention toute particulière à leurs collègues juifs ou exilés, leur permettant de continuer à travailler ou de composer sous des pseudonymes. Joseph Kosma, par exemple, interdit d’exercice professionnel, peut signer la musique du film Les Enfants du Paradis, chef d’oeuvre du réalisateur Marcel Carné sorti en 1944, grâce au soutien de son ami Jacques Prévert.

Venez écouter certaines de ces musiques en cliquant sur le lien ci-dessous:


https://app.genial.ly/editor/60929e350514260d208a3f9d

3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout